Audits première phase Certification Citoyenne: Communes de Louga, Matam et Saint-Louis

Le Forum Civil met en œuvre le programme dénommé Bonne Gouvernance Locale et Citoyenneté Active dans les trois régions du Nord: Louga, Saint Louis, Matam. Il est financé par le Grand-Duché de Luxembourg à travers la coopération Sénégal-Luxembourg. Ce Programme indicatif de Coopération (PIC) est dans sa troisième phase de mise en œuvre.

Il comprend deux composantes:

  • LA CERTIFICATION CITOYENNE

Cette composante dont l’objectif vise à appuyer le développement territorial, la décentralisation et la bonne gouvernance dans les trois régions du Nord, compte 20 communes partenaires (Louga, Guéwoul, Bandégne Wolof, Nger Malal, Kell Gueye, Kébémer, Sakal, Linguère, Gandiol, Mpal, Saint Louis, Richard Toll, Mbane, Ndiayène Pendao, Aéré Lao, Matam, Kanel, Ogo, Thilogne, Oréfondé) et 20 Comités Locaux de Certification (CLC), composés de membres d’Organisation de la Société Civile locale et des Organisations Communautaires de Base

  • L’EDUCATION A LA CITOYENNETE ACTIVE

Cette composante a pour objectif de contribuer à une dynamique irréversible de demande impérieuse de bonne gouvernance administrative, financière, judiciaire de la part d’une masse critique de citoyens au niveau local.

Elle se déroule en partenariat avec 16 Etablissements d’Enseignement Professionnel et Technique à travers la mise en place des Clubs d’Intégrité et de Citoyenneté Active (CICA): (Lycée technique André Paytavain de S-Louis CFP (ex CRETEF de Saint-Louis, CFP de Podor, CDFP de Podor, CFP de Richard-Toll, CRFP de Saint –Louis, CDFP de Dagana, CFP (ex-CRETEF) de Louga, CFP de  Kébémer, CFP de Linguère, CEFAM de Louga, CFP (ex-CRETEF) de Matam, CFP de Ouaoundé, CFP de Ranérou, CFP de Ourossogui, CFP de Kanel).

Par ailleurs, c’est à travers un processus que la Certification Citoyenne se décline. Elle s’ouvre d’abord par  la formation des Elus Locaux et des membres des Comités Locaux de Certification sur le fonctionnement de la commune, le budget de la commune, la gestion foncière, les outils de la certification. Ensuite viennent les             Audits à blanc qui sont organisés dans les communes partenaires. Ces Audits consistent à faire l’état des lieux de la gestion des communes, à permettre aux membres du CLC et à la commune de se familiariser avec les outils avant l’audit de la certification mais aussi et surtout ils permettent aux CLC de faire des recommandations aux communes sur les points faibles notés et d’en faire le suivi. Après les audits à blanc, les CLC tiennent des Fora pour sensibiliser les populations sur les aspects liés aux difficultés dans la gestion par les collectivités locales (mobilisations des ressources, fiscalité locale, la participation citoyenne etc.). Enfin, viennent les audits de la certification qui permettent de donner une note à chaque commune et de faire le classement en vue de délivrer les labels de bonne gouvernance. A cet effet,  le programme a ainsi réalisé la première phase des audits de la certification dans les communes de Louga, Kébémer, Sakal, Gandiol, Mpal, Saint Louis, Mbane, Ndiayène Pendao, Aéré Lao.

La Certification Citoyenne a ainsi pour finalité:

  • d’impacter positivement sur la bonne gouvernance, au niveau local,
  • de mettre en œuvre le principe de participation prévu par le Code Général des Collectivités Locales en créant des cadres de dialogue permanent entre les élus locaux et les citoyens,
  • de sanctionner positivement les efforts de bonne gouvernance réalisés par les collectivités locales.

Dans l’ensemble,  les activités se sont bien déroulées. Dans toutes les communes, nous avons noté des améliorations dans la gestion entre les audits à blanc et les audits de la certification. Les améliorations majeures sont notées au niveau du principe « Transparence- Redevabilité ». Les communes ont fait beaucoup de progrès relativement à l’information du public, surtout au niveau des services d’Etat Civil, mais aussi de la communication des décisions avec la publication des délibérations et arrêtés au niveau des tableaux d’affichage. Des progrès ont été notés également au niveau de la tenue des documents comptables (deniers et matières).

D’autres progrès sont notés dans les autres principes:

Par exemple, pour le principe d’Efficacité, malgré leurs faibles revenus, certaines communes ont pu consacrer une bonne partie de leurs ressources à l’investissement. La Certification Citoyenne est aussi matérialisée avec la nomination de personnes responsables, de pilotes, de correspondants de la certification et la validation de la liste des membres des CLC.

Pour l’Equité aussi, des efforts sont notés dans la prise en compte des personnes en situation de handicap avec la construction de rampes d’accès au niveau de certaines infrastructures publiques (écoles, poste de santé etc.).

Pour le principe de Participation: des améliorations sont notées à travers l’ouverture au public des réunions du Conseil Municipal, les convocations, l’affichage et les registres de délibération. Les communes qui n’avaient pas de registres de délibération pendant la période des Audits à blanc, s’en sont procurées tandis que ceux qui avaient un registre non coté et paraphé par le représentant de l’Etat, l’ont acquis avant les audits de la certification.

Par ailleurs, nous avons remarqué que la certification a fait naître un réel effet d’émulation auprès des communes. Chacune des commune cherche à avoir le Label OR d’où la mise en œuvre d’une bonne partie des recommandations des CLC lors des audits de la certification. Le travail d’accompagnement des CLC a beaucoup contribué à l’augmentation des notes avec parfois des bonds de plus de 20 points dans certaines communes.

Enfin, il faut noter qu’entre les phases d’Audits à blanc et d’Audits de la certification, chacune de ses communes a fait des progrès notoires.

 

 

 

 

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.